Portrait de femme # 5 Denise Baratz

Du 8 août 2020 au 8 mars 2021, nous vous amenons sur les traces de femmes lot-et-garonnaises qui ont marqué l’histoire de notre Département. Tous les mois, partez à la rencontre de ces femmes résistantes, engagées et citoyennes, de ces femmes inspirantes.

Suite de notre série avec Denise Baratz (1921-2014) ou l'infatigable militante.

Publié il y a 1 mois

Denise BARATZ ou l’infatigable militante

Née en juillet 1921 à Lamagistère dans le Tarn-et-Garonne, c’est dans le Bruilhois qu’elle a, par sa générosité et son courage, marqué l’histoire de notre Département.

Institutrice à Caudecoste de 1941 à 1944, elle cache des armes sous l’estrade de sa classe en accord avec sa hiérarchie. Parmi ses élèves se trouve Alice Krenko dont la famille juive allemande, en provenance de Lorraine, s’est réfugiée en 1941 en Lot-et-Garonne pour fuir le nazisme.

L’année 1943 va sceller le destin de cette famille : le père, arrêté par la police française est déporté à Dachau où il meurt ; la mère donne naissance à Agen à une petite Renée.

Denise n’hésite pas alors à aider la famille, qui vit dans un petit appartement sous les cornières de Caudecoste. Mais la menace allemande s’aggrave. La mère de famille décide alors, en plein hiver, d’aller se cacher avec ses deux ainés dans une cabane de vignes et de confier Renée à Denise.

Denise cache l’enfant dans son appartement de fonction, au-dessus de sa classe, dans une armoire. Entre deux cours ou pendant les récréations, elle monte s’en occuper.

Le 23 juin 1944, les Allemands de la division SS das Reich entrent dans le village de Caudecoste. Denise alertée, s’organise rapidement. Elle contacte un ami possédant une voiture pour lui demander de prendre les enfants et les conduire à Lamagistère, chez sa propre mère. Ayant enveloppé le bébé dans un torchon blanc qu’elle avait pris sous le bras comme si elle portait une miche de pain, elle le dépose dans le véhicule. La famille Krenko sera ainsi sauvée.

Par la suite Denise Baratz s’engagera dans diverses causes dans le Fumélois.

Elle sera reconnue Juste parmi les Nations en 2009 et recevra la légion d’honneur le 21 mai 2010. Le jardin public de Caudecoste porte son nom depuis 2019.